Au début de ma foi, j’ai beaucoup souffert dans la gestion de mon culte personnel. J’ai grandi dans une famille assez nombreuse où on était obligé de partager nos chambres à cinq ou six personnes et parfois même avec nos sœurs. Ce qui fait que la chambre était toujours occupée d’une manière ou d’une autre.

J’ai commencé à penser que le culte personnel pour moi devait être excusable parce que ma condition était simplement incontournable. Un jour, j’ai remarqué après observation qu’il y avait des bons moments pour prier seul comme tard la nuit ou tôt le matin au salon, ou encore au moment où tout le monde regarde un film. Je me suis mis alors à programmer mon corps pour me réveiller tôt. En tant qu’écolier c’était très difficile de ne pas ressentir la pression de l’heure des cours pendant que je priais à 6h00. 

Bref, le meilleur moment était le début d’après-midi quand tout le monde regarde un film très intéressant à la télé. Quelle épreuve ! Me disais-je, On mettait souvent les genres des films que j’aime et après cela, je me rends compte que le temps que je m’étais fixé pour la prière était dépassé. Un jour pendant que je priais sur cette situation qui devenait nuisible à ma foi, le Seigneur m’a dit ces phrases:

« Le monde ne s’arrêtera pas pour te permettre de prier, c’est à toi d’arrêter avec le monde pour répondre au rendez-vous de l’intimité avec Dieu. ». 

Il avait raison comme d’habitude, car rien autour de moi ne semblait faciliter l’accomplissement de mon désir de rester seul avec Dieu dans la prière ; tout par contre avait tendance solliciter mon attention.

Le nom de qui nous entoure est un système qui n’a aucun droit sur nous, si ce n’est celui que lui accordons par notre propre faute.

La discipline personnelle est obligatoire pour mener une vie de prière efficace. Il y a toujours un prix à payer pour développer une relation, il y a toujours quelque chose à abandonner ou à sacrifier pour être un vrai disciple du Christ. L’intimité avec Dieu ne dépend pas de votre entourage extérieur mais de votre décision intérieure; c’est à vous de tout arrêter pour répondre au rendez-vous de l’intimité.

Quand on a faim ou soif, la nourriture ne vient pas nous chercher, c’est à nous d’ abandonner nos occupations pour répondre à ce besoin intérieur.

J’ai une question à vous poser ! Avez-vous faim et soif de la présence de Dieu? Si oui, arrêtez tout et allez-vous abreuver à ses pieds.

Jésus ne renvoyait pas les disciples pour avoir le temps de prier, c’est plutôt lui qui s’éloignait d’eux pour parler avec son Père. Il ne renvoyait pas la foule pour prier, c’est lui qui la fuyait parfois pour se reposer et prier.

Je ne suis pas aussi réputé que ça, mais assez connu pour avoir toujours des gens qui veulent passer un peu de temps avec moi; j’avoue que je suis gêné quand il faut trouver le moyen de dire à mes amis chrétiens et serviteurs de Dieu que le temps de parler est terminé et que maintenant je dois me concentrer dans la présence de Dieu. Mais je me suis rendu compte que je m’excuse très facilement si ma femme m’appelle ou s’il y a une urgence au travail ; alors j’ai fait de Dieu mon urgence, ma raison de tout arrêter.

Si bien que je fais de mon mieux pour ne jamais avoir des rendez-vous aux heures de mon culte personnel; mais de fois les autres prévoient différemment, alors je prends le taureau par les cornes pour protéger mon intimité avec Dieu.

Il y a une rencontre qui peut changer les restes, c’est celle qu’on a avec Dieu; alors, organisez bien vos priorités. Lorsque l’on parcourt les versets qui composent la prière sacerdotale de Christ, on se retrouve devant certaines vérités très frappantes. Jean 17: 1-12

Premièrement, Dieu sait dans quel monde cruel nous vivons, et cela est censé nous rassurer que de savoir que notre Créateur n’est pas un inconscient qui ne tient pas compte de notre contexte de vie, et qui ne se soucie pas de ce que nous vivons au quotidien. II sait combien c’est dur et difficile de vivre sur la terre, il le sait parce qu’il est omniscient, et aussi parce qu’il a vécu sur cette terre dans les mêmes conditions de vie que les nôtres.

Deuxièmement, il y a une claire différence entre être dans ce monde, être de ce monde, et être en lui, Christ. Dans ce monde, nous sommes le troupeau du Seigneur, le peuple qui lui appartient, son église, nous sommes un peuple mis à part. Le monde qui nous entoure est un système qui n’a aucun droit sur nous, si ce n’est celui que nous lui accordons par notre propre faute. Nous n’appartenons pas à ce système de pensée appelé « monde », nous sommes par nature étrangers au raisonnement de la chair et au système de valeur établi par la seule sagesse humaine. Nous ne sommes pas de ceux qui définissent les choses sans tenir compte du Créateur, de ceux qui violent les lois naturelles sans tenir compte des conséquences ; non !

Ceux qui ont la pensée de Christ ne sont pas de ce monde, c’est pour cette raison que Christ reconnaît notre présence sur cette terre comme monde, mais affirme aussi clairement notre appartenance à un autre monde que celui dans lequel nous vivons. Selon notre maître Jésus-Christ eh bien ! Nous sommes en lui et lui dans le Père…

Ce texte est un extrait du livre « Redéfinir : Louange, Adoration et Culte » écrit par Athom’s Mbuma

Nous vous invitons à lire l’article suivant “Le cœur est le meilleur endroit pour un culte personnel.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Arrêtez le monde pour prier.

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *