Charles Henry Mackintosh (octobre 1820 – 2 novembre 1896) était un prédicateur chrétien du XIXe siècle, dispensationaliste, auteur de commentaires bibliques, éditeur de magazines et membre des Frères de Plymouth.

Mackintosh était le fils du capitaine Duncan Mackintosh, officier dans un régiment des Highlands. Il a eu une expérience spirituelle à l’âge de 18 ans grâce aux lettres de sa sœur et à la lecture des Opérations de l’Esprit de John Nelson Darby. En 1838, il est allé travailler dans une maison de commerce à Limerick, en Irlande. L’année suivante, il se rend à Dublin et s’identifie aux Frères de Plymouth.

Vers 1874, Mackintosh, réfléchissant à son parcours, écrit : ” Je n’ai pas eu l’honneur d’être parmi les premiers de ceux qui ont planté leurs pieds sur le sol béni occupé par les Frères. J’ai quitté l’établissement vers 1839, et j’ai pris place à la table de Dublin, où le cher Bellett exerçait son ministère avec beaucoup d’acceptation… En tant que jeune homme, je me suis bien sûr retiré, n’ayant aucunement l’intention d’exercer un quelconque ministère public …. En fait, je peux dire que rien d’autre que le sens le plus solennel de la responsabilité n’aurait pu m’inciter à me lever en public.”

En 1843, Mackintosh a écrit son premier traité intitulé Peace with God. À 24 ans, il ouvre une école privée à Westport, dans le comté de Mayo, où il développe une méthode spéciale d’enseignement des langues classiques. C’était pendant la grande famine de 1845-50, et Mackintosh parcourait le comté de Mayo pour prêcher l’Évangile aux pauvres pendant les vacances scolaires. Les efforts requis pour gérer un pensionnat dans un district aussi pauvre et frappé par la famine poussèrent Mackintosh à abandonner l’entreprise en 1853 ; il déclara à John Nelson Darby que rien ne pouvait l’inciter à poursuivre l’exploitation d’un pensionnat.

Il essaya d’être agriculteur pendant un certain temps, mais il écrivit à Darby, le 31 août 1853, que le Seigneur “m’avait appelé à un service plus grand que jamais”, et il en conclut rapidement qu’il devait se consacrer entièrement à la prédication, à l’écriture et à l’art oratoire.

 

Peu après [clarification nécessaire], il créa un périodique intitulé Things New and Old, qu’il continua à éditer (avec l’évangéliste Charles Stanley, 1821-1890) de 1858 à 1890, et Good News for the Little Ones, appelé plus tard Good News for Young and Old et quelques pages for the Little Ones de 1859 à 1876.

Mackintosh s’est beaucoup intéressé et a participé activement au grand réveil évangélique irlandais de 1859 et 1860 (voir Réveil).

La renommée littéraire de Mackintosh repose principalement sur son ouvrage Notes on the Pentateuch, qui commence par un volume de 334 pages sur la Genèse et se termine par un ouvrage en deux volumes sur le Deutéronome, qui compte plus de 800 pages. Ces ouvrages sont toujours imprimés et ont été traduits dans une douzaine de langues.

L’historien des Frères Roy Coad note :

“Un autre écrivain populaire parmi les exclusifs était un maître d’école irlandais, Charles Henry Mackintosh, qui prêchait abondamment dans le mouvement du réveil. Les initiales ‘C.H.M.’ sont devenues familières dans de nombreux foyers évangéliques pieux de la fin de l’époque victorienne et édouardienne. Sans être un érudit critique, Mackintosh avait néanmoins un don marqué pour l’exposition biblique simple, et ses ouvrages sur le Pentateuque ont connu une énorme vogue en tant qu’aides simples à l’interprétation dévotionnelle des cinq premiers livres de la Bible. Il n’était cependant pas un théologien, et certaines phrases isolées dans ces livres se référant à “l’humanité céleste” du Christ (et frôlant ainsi l’hérésie formelle), lui valurent beaucoup d’attention hostile de la part d’adversaires préjugés des Frères (qui considéraient ses écrits comme beaucoup plus significatifs et représentatifs qu’ils ne le méritaient). Il retira plus tard ces expressions, sur l’insistance de Darby.”

Arno C. Gaebelein dit de Mackintosh, ainsi que d’autres écrivains des Frères, “J’ai trouvé dans [ces] écrits… la nourriture de l’âme dont j’avais besoin. J’estime ces hommes à côté des Apôtres pour leurs enseignements sains et spirituels.”

Charles Spurgeon, qui a croisé le fer avec les premiers Frères de Plymouth sur leurs idées du ministère, offre le commentaire suivant sur les Notes on Leviticus de C.H. Mackintosh : “Nous n’approuvons pas le Plymouthisme qui imprègne ces notes, mais elles sont fréquemment suggestives. Doivent être lues avec prudence”. Sur ses Notes sur la Genèse, cependant, Spurgeon a complimenté leurs ” réflexions précieuses et édifiantes “.

Dwight L. Moody a offert un point de vue qui, dans l’ensemble, était beaucoup plus positif que celui de Spurgeon, en écrivant : “J’ai eu mon attention attirée par les notes de C.H.M., et j’ai été tellement satisfait et en même temps profité de la façon dont elles ouvraient la vérité de l’Écriture, que je me suis procuré immédiatement tous les écrits du même auteur, et s’ils ne pouvaient être remplacés, je préférerais me séparer de toute ma bibliothèque, à l’exception de ma Bible, plutôt que de ces écrits. Il a résumé la valeur des écrits de Mackintosh en déclarant que ” Mackintosh a eu la plus grande influence sur moi “.

 

Charles Andrew Coates a écrit : “J’étais l’une des dernières personnes à entendre C.H.M. prier. C’était très émouvant d’entendre ce lévite âgé et faible s’épancher devant Dieu, d’abord pour toute l’assemblée, puis pour les petits groupes réunis partout au nom du Seigneur. Les intérêts du Seigneur étaient le grand fardeau de son cœur. Bien qu’il soit depuis longtemps incapable d’exercer un quelconque service public, il continue d’en assumer la charge.” Mackintosh mourut le 2 novembre 1896, peu après avoir entamé sa 76e année, suite à une faiblesse croissante qui ne lui laissait plus l’énergie de prêcher, bien qu’il ait continué à écrire jusqu’à ce que cela devienne impossible. Il a fini par cesser d’écrire, mais sa littérature a continué à être publiée. La 6e édition des Notes sur le livre de la Genèse est publiée avant la fin de l’année.

Quatre jours plus tard, le 6 novembre 1896, il est enterré au cimetière de Cheltenham. Il est enterré aux côtés de sa femme dans ce qu’on appelle “la parcelle des Frères de Plymouth”, juste en face de la tombe d’un de ses convertis, l’auteur de cantiques G.W. Frazer, décédé en janvier précédent, et où sont enterrés d’autres Frères de Plymouth éminents de l’époque. Le Dr Walter Wolston d’Edimbourg a prêché à partir de Genèse 25:8-10 et Hébreux 11:8-10 lors des funérailles et les personnes en deuil ont chanté l’hymne de J.N. Darby :

O scènes lumineuses et bénies,
Où le péché ne peut jamais venir ;
Dont notre esprit nostalgique se languit
De la terre, où nous errons encore.

Photographie de la pierre tombale
L’auteur américain d’une brève notice nécrologique a fait remarquer qu’il ne permettrait pas à ses “pensées de se livrer à un éloge complet (des hommes) – mais plutôt de reconnaître la grâce de Dieu accordée à son serviteur” [citation nécessaire] Un magazine australien, The Message, a publié ceci dans ses pages : “Nous allons maintenant annoncer le départ de notre frère bien-aimé et honoré, M. Mackintosh, pour rejoindre le Christ. Sa santé était défaillante depuis douze mois, mais il a continué à recevoir les poignées de pâturage mensuellement comme avant – un enseignement très doux et profitable. La respiration de M. Mackintosh l’a beaucoup gêné et, pendant un certain temps, il n’a pas été capable d’aller aux réunions, ni même de quitter la maison, mais il ne s’est pas couché. J’allais le voir aussi souvent que possible. Quand je lui demandais comment il allait, il me répondait toujours : ” Comme je dois être “. La voie de Dieu était toujours la meilleure pour lui. Six mois seulement avant son propre départ pour rejoindre le Christ, J.B. Stoney, dont la santé déclinait à Scarborough, a dit de CHM : ” Il est maintenant là où l’amour est satisfait “.

Les textes bibliques figurant sur la pierre tombale de Mackintosh et de sa femme Emma sont “Paisez le troupeau de Dieu” (1 Pierre 5:2) et “Celui qui est mort parle encore” (Hébreux 11:4). Sous l’inscription d’Emma se trouve le verset de Darby,

Jésus, nous t’attendons,
Avec Toi pour avoir notre part ;
Que peuvent être la joie et la bénédiction pleines
Si ce n’est d’être là où Tu es ?

 

  • L’ASSEMBLÉE de DIEU ou la PLEINE SUFFISANCE du NOM de JÉSUS

    Voyons donc premièrement le fait. Il existe sur la terre quelque chose qui s’appelle et qui est l’Assemblée de Dieu. C’est un fait très important assurément : Dieu a une Assemblée sur la terre. Ce que j’entends par-là ne se rapporte à aucune organisation purement humaine, telle que l’église grecque, l’église de Rome, l’église anglicane, l’église d’Écosse ; ni à aucun des systèmes variés, issus d’elles, formés et façonnés par la main de l’homme, et soutenus par les ressources de l’homme. J’ai en vue simplement cette Assemblée, qui est réunie par le Saint Esprit, autour de la Personne du Fils de Dieu, pour adorer Dieu le Père, et avoir communion avec Lui. Notre capacité pour reconnaître et apprécier cette Assemblée est une tout autre affaire, et dépendra de notre spiritualité, du dépouillement de nous-mêmes, de notre volonté brisée, de notre soumission enfantine à l’autorité de l’Écriture Sainte. Si nous commençons nos recherches au sujet de l’Assemblée de Dieu ou de ce qui peut en être l’expression avec des esprits remplis de préjugés, de pensées préconçues et de prédilections personnelles ; ou si, dans nos recherches, nous recourons à la lumière vacillante des dogmes, des opinions, et des traditions des hommes, nous pouvons être parfaitement sûrs que nous n’arriverons pas à la vérité. Pour reconnaître l’Assemblée de Dieu, il nous faut être exclusivement enseignés par la parole de Dieu, et conduits par l’Esprit de Dieu ; car ce qui est dit des enfants de Dieu, on peut le dire aussi de l’Assemblée de Dieu : « Le monde ne la connaît pas ».

    5.000 CFA