Quand on parle des actions de grâce, ce n’est pas simplement dire merci, mais c’est aussi poser des actions. C’est-à-dire une attitude de gratitude de cœur qui doit se faire suivre par une action concrète et palpable.

Pour mieux cerner cela, je me souviens des épreuves de français oral autrefois dans les écoles secondaires et cycles d’orientation, on nous demanda de conjuguer le verbe sortir avec action. Un élève a conjugué ce verbe sortir avec action en disant « je sors » et au même instant il sortit de la salle et tout le jury l’avait acclamé.

Beaucoup disent merci de façon superficielle. C’est pourquoi il faut s’arrêter pour se souvenir des moments que nous avons traversés. Cela commence d’abord par l’attitude de cour, de gratitude, et les actions pour exprimer cette gratitude signifiant que je reconnais pleinement que si l’on enlève Dieu dans mon histoire, je n’existe plus.

Cette attitude de cœur qui nous permet d’arriver à l’action de grâce est le fait de se souvenir de ce que Dieu a fait. N’oubliez pas facilement l’ensemble des choses que Dieu a faites; car les énumérer devant lui pour lui dire merci est une manière d’exprimer votre gratitude à son égard.

Rentrons dans notre mémoire pour nous souvenir que Dieu a déjà fait beaucoup de choses. Certains ne se rappellent que de ces choses qui leur manquent pendant ce mois précis tout en oubliant que les mois antérieurs Dieu avait pourvu à cela.

Et si donc il faut lui être reconnaissant, nous devons lui rappeler ce qu’il avait déjà fait pour nous dans les mois antérieurs afin que ce que nous vivons ce mois-ci se déplace pour laisser place aux miracles de Dieu.

Dieu ne s’attend pas à ce que nous puissions lever nos mains ni que nous puissions nous agenouiller mais ce qu’il attend c’est que dans notre cour nous ayons l’attitude qui correspond à notre action.

  • Dieu nous connaît et que nous parlons trop de lui.

Comment peux-tu dire aimer Dieu que tu ne vois pas si tu n’aimes pas ton frère que tu vois. Des fois, nous disons des choses que l’on ne sait pas prouver. Et c’est pourquoi Dieu nous demande avant de lui rendre grâce, de montrer d’abord que nous pouvons le faire à ceux qui sont nos semblables.

Si nous ne savons pas dire merci à Dieu pour la femme que nous avons, le mari que nous avons et même pour nos enfants, comment serions-nous capables de dire merci à Dieu pour l’onction, sa présence, ses promesses que nous ne voyons pas?

Mais aussi, si nous ne savons pas dire merci à notre femme, à notre mari, à nos enfants que nous voyons comment serions-nous capables de dire merci à Dieu que nous ne voyons pas.

Commençons d’abord par être reconnaissants pour les personnes physiques que nous avons et envers ces personnes avant même que nous puissions être capables de reconnaître les bienfaits du Dieu invisible.

  • Dire merci à une personne est une faveur.

En disant merci à son entourage, tes frères et sœurs te faciliteront énormément de dire « Matondo » à Dieu. Il faut savoir croire à quelqu’un pour son potentiel et non pour ses poches. Lorsque tu reçois de quelqu’un quelque chose, dis-lui merci simplement. Si tu ne sais jamais dire merci pour ce que tu reçois d’un homme comment pourras-tu dire merci à Dieu que tu ne vois pas.

Es-tu capable de dire merci à ta marâtre qui a été dure avec toi mais qui t’a aidée dans sa dureté à très bien faire les travaux ménagers au point d’être dans ton foyer une bonne cuisinière?

Il n’y a pas que ceux qui vous ont donné un bien qui vous ont fait du bien; même ceux qui ont été durs avec vous, ont développé en vous des caractères qui aujourd’hui vous rendent service. Raison de plus de dire « Matondo »

Soyez heureux que vous ayez des gens aujourd’hui qui vous défient sur la praticabilité des actions de grâce.

À nos enfants disons merci pour ce qu’ils représentent et encourageons les à faire mieux car ils sont pour nous une bénédiction. Nous n’avons pas besoin de les menacer pour qu’ils comprennent car, des fois tout ce dont ils ont besoin c’est juste une valorisation qui vient de nos actions de grâce.

Dire merci à son collaborateur parce qu’il est le meilleur collaborateur que vous ayez eu, ne vous diminue pas. Parfois on enseigne des choses qu’on ne vit pas. Dire merci à quelqu’un qui a été exceptionnellement précieux, en lui préparant quelque chose.

Je me rappelle du jour où j’ai vécu le miracle d’avoir 2 véhicules… Quand cela arriva, je me suis souvenu de comment mes frères et moi avions la même pointure 42 que notre père quand nous avions grandi. Cela m’a conduit à dire à mon épouse que nous fassions une faveur à mon père en lui offrant un de ces véhicules. Et à chaque fois que je passe à une étape supérieure de père, je vais dire merci à mon père.

N’attendons pas d’avoir beaucoup pour donner! Donnons ce que nous pouvons donner mais présentons-le bien afin de toucher les cœurs des personnes envers qui nous voulons exprimer notre reconnaissance. Pour tout ce qu’ils représentent, ils méritent qu’on leur dise « Matondo ».

Saisissez l’occasion de ce livre pour passer en revue les personnes qui ont servi à bâtir l’homme, la femme que vous êtes aujourd’hui et allez vers eux pour faire un présent qui dira « merci ». Ce sera pour vous une action de grâce.

Ce texte est un extrait du livre « MATONDO: Vivre par les Actions de Grâces  » écrit par Arlette ManegabeAthom’s MbumaDavid KajisuFifi Bilolo TunasiGrâce TshiashalaMichael TetteyPasteur Lévi Kongolo KazadiSissi BogoliTracien Boma.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *