Nous abordons cette forme de prière par deux versets :

« Car j’entends des cris comme ceux d’une femme en travail, des cris d’angoisse comme dans un premier enfantement. C’est la voix de la fille de Sion ; elle soupire, elle étend les mains : malheureuse que je suis ! Je succombe sous les meurtriers ! » Jérémie 4:31 

« Mes enfants, pour qui j’éprouve de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous… » Galates 4 : 19 

La première référence nous parle des enfants de Sion qui poussèrent les cris des douleurs de l’enfantement, c’est-à-dire des prières qui venaient du plus profond de leur être.

La deuxième référence nous permet de comprendre que c’est par des prières intenses similaires aux douleurs de l’enfantement que Paul a engendré spirituellement les Galates et c’est par de telles prières qu’il veut les transformer à l’image du Christ.

Toutes autres voies pour engendrer des enfants spirituels et les conduire à la maturité sont quasiment vouées à l’échec. En effet, le tout n’est pas de les engendrer ; encore faut-il les conduire jusqu’à la maturité spirituelle, sachant que celle-ci passe par un long et difficile processus nécessitant que nous mettions les deux genoux à terre pour des supplications. De telles supplications s’expriment à travers la prière des douleurs de l’enfantement C’est ce dont Paul parle.

C’est par la prière des douleurs de l’enfantement à Gethsémani que Jésus put affronter l’épreuve de la croix pour le salut de l’humanité. La sueur de Jésus s’était mise à couler comme des grumeaux de sang.

La prière des douleurs de l’enfantement est utilisée pour lutter contre les principautés du monde des ténèbres. Elle se fait dans le jeûne et produit de grands effets.

Mon épouse et moi avons expérimenté cette prière plusieurs fois, mais particulièrement en 2007 lorsque nous voulions que le Centre international de mission de délivrance et d’intercession (CIMIDI) voie le jour. Dans un premier temps nous avons fait d’affilée, quinze jeûnes de trois jours sans nourriture et sans eau, puis un jeûne à sec de sept jours sans rupture avant le septième jour, ensuite un jeûne de sept jours, buvant uniquement de l’eau, et enfin des jeûnes quotidiens avec rupture à minuit jusqu’à ce que le Saint Esprit nous rende témoignage que nous avions engendré le CIMIDI et que nous pouvions commencer l’implantation et l’œuvre.

La conversion de mon père fut possible grâce à la prière des douleurs de l’enfantement. Mon père était le responsable des centaines de fétiches de son village, sans compter les centaines de fétiches de sa propre maison. Il était versé dans l’occultisme et accomplissait des prodiges avec les fétiches. C’est après que j’ai jeûné 120 jours que mon père et toute sa famille reçurent Christ. Il fut des moments où je crachais du sang du fait de l’intensité de la prière.

Sachez que chaque fois qu’on vous donne une prophétie, c’est comme si on avait semé une graine en vous. Vous devez la faire croître et produire des fruits. Pour enfanter la prophétie il vous faut faire la prière des douleurs de l’enfantement. Tout comme des femmes meurent en couches, vous pouvez mourir sans engendrer votre prophétie ou votre vision si vous ne fournissez pas l’effort de prière nécessaire. Vous aurez certes de grandes douleurs parfois, mais Jésus a dit dans Jean 16:21: 

« La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue ; mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde. »

Affrontez le monde des ténèbres avec cette prière et engendrez le miracle.

Ce texte est un extrait du livre « Les 40 différents types de prières  » écrit par Prophète Emmanuel SAWADOGO.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *