A. Elle augmente notre attachement à Christ 

Il est souvent dit que lorsqu’on connaît une personne, plus nous lui sommes attachés, il en est de même dans notre relation avec Dieu. La foi en Dieu nous permet de nous rapprocher encore plus de lui. Elle nous permet de solidifier notre attachement à Dieu, ainsi celui qui passe plus de temps dans sa présence affermit sa foi et fait grandir sa relation avec le Seigneur. 

 Quand nous regardons la vie de Jésus-Christ nous constatons qu’il s’est choisi des hommes, après avoir passé toute la nuit à prier jusqu’à l’aube il appela ses disciples auprès de lui et en choisit douze d’entre eux (Luc 6 :12), 

« En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu » .

Ces apôtres allaient dans de nombreuses villes, prêchaient l’Évangile, guérissaient des gens et ensuite retournaient raconter à Jésus ce qu’ils avaient fait (Marc 6 :30). Au fur et à mesure que les disciples voyaient le Seigneur à l’œuvre, leur foi grandissait, ils étaient acteurs des miracles et des prodiges qu’il faisait, les enseignements qu’ils recevaient de Christ étaient comme une nourriture dont ils avaient besoin pour croître dans la foi et l’assurance. 

Ils ont tout laissé, ils se sont détachés de tout ce qui était pour eux une source de vie, pour s’attacher à Jésus Christ la source de la Vie ; ils ont fait le choix de suivre le messie pour passer plus de temps avec lui. La foi doit nous amener à nous détacher de tout ce qui a nos yeux paraît important pour nous attacher à la source de toutes choses qui est Christ, l’accroissement de notre foi n’est que la résultante du degré de notre attachement au Seigneur.  

Les écritures nous encouragent à nous enraciner de plus en plus en Christ car c’est de lui que provient notre foi et tel un arbre qui est relié à ses racines de même nous devons être reliés à Christ lui étant les racines dont nous tirons notre force. 

B. Elle active l’action de Dieu sur nous. 

La foi est un catalyseur favorisant l’action du Seigneur dans nos vies, elle est semblable à ce parfum de bonne odeur dégagé par une fleur en pleine éclosion. En regardant les actions de Christ dans les écritures, nous remarquerons qu’il a souvent été émerveillé face à la foi de quelques-uns. 

« Les apôtres, s’étant rassemblés auprès de Jésus, lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait et tout ce qu’ils avaient enseigné. »  Marc 6 : 30

Après son discours sur la montagne Jésus poursuit son chemin à Capernaüm ; il y avait dans cette ville un centenier romain dont l’un des serviteurs qui était malade, et qui était sur le point de mourir. Dans la détresse, ce centenier dépêcha quelques anciens juifs pour aller chercher Jésus car il avait entendu parler de lui ; rempli d’amour et d’affection il se leva pour aller porter secours à cet homme qui était mourant. Sachant que Jésus arrivait chez lui, saisi de crainte le centenier romain envoya ses amis transmettre un message à Jésus qui, pour moi, sera la clé de la guérison de son serviteur. Lisons Luc 7 :6-8 : 

« Jésus, étant allé avec eux, n’était guère éloigné de la maison, quand le centenier envoya des amis pour lui dire : Seigneur, ne prends pas tant de peine ; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. C’est aussi pour cela que je ne me suis pas cru digne d’aller en personne vers toi. Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri. 8 Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres ; et je dis à l’un : Va ! Et il vient ; et à mon serviteur : fais cela ! Et il le fait ». 

En lisant ces mots du centenier romain, la première chose que nous remarquons est qu’il connaît l’identité de Jésus. Ce que je veux dire est qu’il sait que c’est Dieu qui vient dans sa maison, il aurait pu se déplacer lui-même, mais il finit par avouer qu’il n’est pas digne d’être en face de Jésus ; en disant cela, il reconnaît la sainteté de Jésus, sa grandeur et sa puissance. Ensuite cet homme dit qu’ayant des serviteurs sous ses ordres, il est lui-même soumis à ses supérieurs ce qui est une marque d’obéissance envers les autorités que Dieu à instituées. 

C’est incroyable comment il est en train de mettre en pratique les recommandations de l’apôtre Paul aux romains qui les exhortent à être soumis aux autorités supérieures ; car toutes les autorités qui existent ont été instituées de Dieu (Romains 13 :1).  Ces paroles ne pouvaient pas laisser Jésus-Christ indifférent car il avait vu dans les mots de cet homme l’expression de la foi, et admiratif face à cela, il déclara à la foule qui le suivait et grâce à la foi de cet homme son serviteur fut guéri. 

« je vous le dis, même en Israël je n’ai trouvé une aussi grande foi » (Luc 7 :9) 

Cette histoire nous montre combien la foi attire la main de Dieu. Il sent une force sortir de lui lorsqu’une femme, qui avait la perte de sang depuis douze ans, touche son vêtement : 

« Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal » (Marc 5 : 34) ; 

il loue aussi la foi intrépide de l’apôtre Pierre (Marc 8 : 29), et par la foi totale, in extremis, du bon larron : 

« Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton règne » (Luc 23 :42)  

Devant tant d’exemples nous comprenons que Dieu est prêt à agir dans nos vies, il n’est pas à cours de bénédiction ou de guérison, il est toujours prêt à agir, mais si nous voulons provoquer son action il est important d’avoir en nous la foi car c’est elle qui active son action sur nous, peu importe l’état dans lequel nous sommes ou la situation dans laquelle nous nous trouvons, Dieu n’a pas le même regard que nous, la seule chose qu’il désire c’est de trouver la foi en nous.   

C. Elle nous rend dépendant de Dieu 

Celui qui a la foi en Dieu qui fait toutes choses reconnaît qu’elle ne provient pas de lui mais de Dieu. Ainsi, pour garder la foi et la faire grandir, il ira toujours vers celui est la source de sa foi. En réalité nous ne pouvons rien faire de nous-mêmes, sans l’intervention de Dieu des hommes tels qu’Abraham, Moïse, Isaac, Jacob, David, Elie, Josué n’auraient pas pu faire tout ce qu’ils ont fait dans les écritures. 

La puissance et la présence de Dieu étaient la source de tout ce qu’ils ont accompli. La foi doit créer en nous une dépendance et cette qui implique une reconnaissance, en parlant du Cep et du sarment, Jésus nous montre combien de fois nous nous devons d’être accrochés à lui afin de produire du fruit car sans lui nous ne pouvons rien faire. 

C’est exact sans lui nous ne pouvons rien faire car quand il y a absence de Dieu dans nos vies, il y a présence du diable et de ses œuvres ; l’homme est en totale perdition et ne peut rien produire de bon lorsqu’il est loin de Dieu et les écritures nous enseignent que nous ne pouvons suivre deux maîtres à la fois ainsi si nous sommes accrochés à Christ, nous produirons de bons fruits mais si au contraire nous nous détachons de Christ alors nous ne produirons aucuns fruits et serons semblables à cette branche qui s’assèche et fini par mourir. 

La reconnaissance n’est que la résultante de la dépendance et celle-ci se manifeste par  l’action de grâce.  L’action de grâce réjouit  le cœur de Dieu, c’est un acte venant du cœur et exprimé en paroles ou en actions. Nous sommes  aimés de Dieu, il nous fait des faveurs et il nous en fera encore. En retour, il attend de notre part la manifestation de nos remerciements, et il nous enseigne que notre reconnaissance porte des fruits. 

Nous devons faire des actions de grâces pour tout ce que Dieu fait dans nos vies, quoique nous ayons et quoique nous fassions soyons toujours reconnaissants envers le Seigneur qui est notre source.  

D. Elle nous donne de la force face à la tentation      

Par la foi en Jésus Christ nous pouvons faire face à toutes tentations. En effet Jésus après son baptême d’eau est conduit par  l’Esprit dans le désert. Durant quarante jours et quarante nuits, il fut tenté par le diable ; dans le but de l’éloigner de sa destinée, mais, chose étonnante, ses réponses ne laissent aucune possibilité au tentateur. Face aux propositions séduisantes du diable, Jésus oppose la Parole de Dieu. Il s’appuie sur le dessein du Seigneur révélé par les Saintes écritures que le diable maîtrise et détourne à son avantage. Jésus demeure fidèle non à la lettre, mais à l’Esprit. Il n’est pas seulement question des citations, mais aussi de la parole créatrice et salvatrice qui nourrit l’homme. Les réponses de Jésus nous révèlent également sa passion qui sera son ultime réponse et sa victoire définitive. 

Ainsi, à la tentation du pouvoir, il opposera son état de serviteur des serviteurs. Enfin, son sang versé et sa mort sur la croix seront le meilleur gage d’un amour livré, donné pour que tous aient la vie éternelle. En réalité nous sommes plus que vainqueurs par le nom de Jésus ; par la mort et la résurrection de notre Sauveur et Seigneur nous avons la force face aux tentations du diable. 

En nous appuyant sur la parole inspirée de Dieu et en  proclamant le nom de Jésus, nous avons la force devant les oppositions qui se dressent devons-nous ; ainsi appuyons-nous sur le Seigneur et notre foi ne sera point chancelante.

Ce texte est un extrait du livre « La Foi qui n’échoue Jamais: Vivre la Foi Palpable  » écrit par King Emmanuel MENIE

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *