Des idées reçues, ont conditionné de nombreuses personnes à affirmer que le divorce est considéré comme un échec cuisant, dans un parcours de vie, voire une fatalité pour certains. Sans en faire l’apologie, je tiens à souligner que chaque histoire est particulière, tout dépendra évidemment des leçons qu’on en tire. 

On peut bien poster des photos de son couple grimaçant, un sourire, bras dessus, bras dessous, dans un cadre idyllique en tête à tête faire miroiter l’illusion du couple heureux et épanoui. Il existe pourtant derrière ces images bien retouchées pour la plupart, une réalité parallèle bien plus triste. Vous connaissez sans doute le célèbre dicton: « Les apparences sont trompeuses ».

Nous assistons tous à une déchéance notoire, des valeurs qu’enseigne l’institution du mariage. Des lois abominables sont rédigées, votées, approuvées, et dénaturent par leur application, les principes divins qui la caractérisent. Se marier reste une décision cruciale, engageant deux personnes de sexe opposé je tiens à le préciser, tel que prévu et voulu par Dieu. 

Le couple est concerné au premier chef, car chaque conjoint s’engage devant Dieu et les hommes, en faisant vœux mutuels d’honneur, de respect et d’assistance en toutes circonstances. 

Mais qu’en est-il réellement lorsque ces vœux sont bafoués? Comme l’a si bien dit un grand orateur anglophone, le feu, Dr Myles Munroe « Marriage is not only about the ring and the  dress ! » ( Le mariage n’est pas que la bague et la robe). 

D’où l’importance de poser les questions même les plus inconfortables au potentiel partenaire de vie que souvent on évite par peur du rejet. Je recommande au passage, le livre de mon Coach et mentor William Djamen disponible sur eglise.shop,  » 50 questions à lui poser avant de dire OUI ”, qui traite de long en large cette thématique sur l’importance des questions posées avant de s’engager dans le mariage. 

La lecture de ce livre m’a ouvert les yeux,sur bien d’erreurs que j’aurais pu éviter, hormis les conseils et avertissements de ma mère. Il semblerait que le temps et certaines circonstances seraient révélateurs de la vraie nature des êtres et des choses. Deux personnes ne peuvent cheminer ensemble,si elles ne sont pas mises d’accord… 

Contrairement à ce qui est souvent enseigné, aimer une personne ne constitue pas à lui seul le motif suffisant pour qu’un mariage dure. C’est plutôt à mon avis la compréhension du langage des conjoints, le nôtre et multiples autres paramètres non négligeables à ne pas ignorer lorsqu’on s’estime prêt à s’engager dans le mariage. 

Parmi ces nombreux paramètres, me concernant, c’était la mauvaise compréhension et la mauvaise gestion de mes émotions. Je l’aurai appris et compris mes dépens. Entre être amoureux et croire qu’on est amoureux, il y a une grande nuance. Le piège des émotions m’aura enseigné avec douleur lorsqu’on ne les régule pas, c’est le désastre assuré. Tout compte fait, on ne peut rien construire de stable sur base de ses émotions. 

Les principaux indicateurs qui prouvent en général qu’on n’est pas prêt/prête pour une relation sérieuse sont la peur du rejet, le désespoir et la précipitation, un trio à l’origine de biens de dégâts en relations. L’un des plus grands défis de notre existence passe par les types de relations que nous tissons. Certaines nous ont détruites, d’autres nous ont forgé une carapace, d’autres nous ont simplement permis de nous découvrir. 

Mais heureusement, lorsqu’on a franchi l’étape du déni puis enclenché le long processus de guérison de nos blessures antérieures à l’engagement, je suis en mesure avec assurance et fierté, d’affirmer par mon vécu, que rien n’est perdu. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort … 

Grandir dans un environnement familial équilibré et épanoui ne m’aura pas épargné la souffrance. Dans son cas, je n’étais pas livrée à moi-même, mais à mes penchants inconscients, car j’ai eu cette grâce d’être entourée, encadrée, conseillée par ma mère, mes frères, mais j’ai pris ma décision malgré tout et j’ai aussi subi les conséquences. 

Je me suis engagée à écrire mon histoire, non dans une perspective de victime car, j’ai été autant fautive que consentante, que mon ex conjoint. D’une part j’ai volontairement ignoré les « drapeaux rouges », voulant jouer à l’infirmière, de l’autre j’ai transgressé un principe spirituel dont je n’étais pas consciente de l’impact, quant au fait d’avoir eu des relations sexuelles avant de me marier malgré que j’en avais la promesse. 

Pour reprendre cette expression familière, « rien n’est écrit d’avance“. Nous sommes artisans de notre destinée et cela passe par les choix bons ou mauvais que nous faisons. Je suis une adepte des « secondes chances », mais je demeure convaincue que le mariage sans nuage est une utopie, mais y aspirer n’est pas non plus interdit, pourvu de s’y engager avec prudence et surtout sans s’y perdre.

Ce texte est un extrait du livre « COEUR EN PAILLAISSON COEUR EN BÉTON  » écrit par Jennifer SYLAIRE.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *