La preuve de Son existence c’est la démonstration de Sa puissance. «Allez encore montrer à Jean…» La puissance de la foi c’est la capacité à démontrer ce qu’a fait Dieu dans le passé.

Mon domicile est situé à Ugbor Road, GRA, à Bénin City. Avant que je ne possède le terrain sur lequel la maison est bâtie, ça avait été un terrain sacré, mis à part pour les dieux traditionnels et pendant trois cent ans c’était le lieu dont personne ne pouvait y passer tout près après dix sept heures. Un jour, je suis allé au bureau de la planification urbaine et leur intima de mon désir d’acquérir un site pour une construction résidentielle. J’avais eu un rêve dans lequel non seulement j’avais renversé le diable, mais je les avais dépossédé de leur terre. Alors j’ai pensé que c’était une bonne opportunité que de déposséder le diable de la terre dont les idolâtres ignorants avaient involontairement dévoués au mal.

J’ai pensé que ça serait un frisson d’ouvrir les lieux, de chasser le diable et de le changer en lieu résidentiel pour les humains.

Les démons n’ont aucun droit de posséder un terrain pendant que les hommes n’ont pas assez pour occuper. Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende et consume l’habitation des démons et l’assainisse pour le peuple de Dieu!

Au bureau de la planification de la ville, j’étais informé par des agents que le lieu était sacré et dévoué à certains dieux vénérés de la terre; et depuis trois cent ans, ça a toujours été une demeure des hauts lieux de fétiches; et les trois cents arbres s’y trouvant ont été intouchables pendant tout ce temps. J’ai dit: Si je suis un homme de Dieu…!

J’ai fait appel à un de mes Pasteurs avec qui j’ai partagé la vision suivante que j’avais reçu: «Le Seigneur m’a fait voir comment j’étais assis sur le diable, qui fut impuissant et défaillant; je vivais dans un immeuble en étage blanc appelé Maison de la Rédemption’, située sur ce même terrain d’où le diable avait jusqu’ici été aux commandes.» J’ai aussi partagé avec lui comment je m’étais efforcé jusqu’ici à acquérir physiquement ce terrain que j’avais vu en vision.

Dans l’optique de voir celle-ci se réalisée, j’ai rendu visite au Chef Traditionnel qui était en charge de cette portion de terrain en question, et je lui ai parlé de mon intention d’ acheter l’endroit. Surpris qu’un autochtone et indigène qui comprenait traditionnellement la frayeur qu’inspirait le terrain envisage une telle chose, en faisant une telle requête, refusa de m’écouter. Du moins pour lui, acquérir même ne fusse qu’une petite portion du terrain attirerait des conséquences désastreuses. Il ne souhaitait pas que je décède soudainement.

Mais sur mon insistance, il accepta involontairement et à condition qu’il allait seulement produire un reçu provisoire de l’argent que je payerai, afin que si je venais à mourir, quelques jours après (comme il croyait que j’allais sûrement), pour avoir touché sans permission le terrain des dieux, le reçu provisoire rendra témoignage de son manque de volonté à le vendre, et le terrain pourra revenir à son propriétaire légal: les dieux du terrain. 

«Mais si je suis un homme de Dieu…Alléluia!»

Après avoir payé pour ce terrain, j’ai pris le Pasteur susmentionné avec qui nous sommes allés sur cette portion de propriété que j’avais légitimement acquise, défiant le diable de lever même le petit doigt en protestation. Le lieu était ténébreux, même en plein midi, avec un feuillage des nombreux arbres géants, en plus que c’était infesté des idoles effrayantes et affreuses à voir. Commandant au diable de libérer ma propriété, nous avons pris d’assaut les hauts lieux, bottant au sol les images féroces sculptées ainsi que les idoles modelées; renversant les toits qui les avaient protégés de la désintégration. Peu de temps après, j’ai fait venir un lourd bulldozer avec lequel j’ai pris d’assaut le domaine.

Soudainement l’endroit devint vivant avec d’énormes serpents venimeux et des scorpions de tailles différentes. Sans controverse, j’étais inébranlable. Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende et dévore le mal sur notre terrain!

Le conducteur du bulldozer était effrayé, et prêt à démissionner; mais je l’encourageais et restais près de lui pendant qu’il travaillait. Un après l’autre, les arbres commençaient à fléchir et à se soumettre. Aujourd’hui, situé dans ce terrain, est un immeuble que je considère comme l’un des plus grands dans le monde. C’est nommé le Lieu de Dieu; et c’est mon domicile. C’est la réalisation de la vision donnée par Dieu. J’ai délogé le diable et j’ai acheté le terrain qui lui était dédicacé par les hommes ignorants et sans éducation. Si je suis un homme de Dieu!

Le mot Apôtre signifie un envoyé, ou l’envoyé. A un certain niveau, tout croyant est un Apôtre dans le sens d’être un envoyé. Tu es un envoyé. Dis-le toi-même: Je suis un envoyé. Ecoute ce que dit le Seigneur! «ALLEZ!» Ça c’est le commandement à une personne qui est envoyée. Tu es un envoyé parce que tu es un enfant de Dieu.

Tu peux devenir un Fils de Dieu et ensuite un Homme de Dieu. Et tu peux alors dire comme Elie: Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende. La Bible ressort que le feu descendit pour honorer la parole d’Elie. La différence entre un enfant de Dieu et un homme de Dieu est dans le fait que c’est un véritable processus donnant lieu aux éléments essentiels de la croissance.

La nouvelle naissance est la porte pour l’acquisition et l’usage de la puissance de Dieu.

Ce texte est un extrait du livre « Si Je Suis Un Homme De Dieu  » écrit par Benson Idahosa.

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *