Nous vivons dans un monde où le réflexe de se comparer aux autres est presque automatique, car tout le monde est devenu juge pour dire ce qui est bien ou mal, premier ou dernier. Depuis qu’ Adam a mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal dans le Jardin d’Eden, ce besoin de juger s’est installé chez nous. Cela a vraiment altéré notre capacité de jugement, et nous nous permettons souvent de dire que si quelque chose n’est pas bien, c’est qu’il est mal.

Si un voisin travaille plus, il est considéré comme étant premier et les autres comme étant derniers ou moins bons que les autres. Cette mentalité, enseignée dans les écoles, a causé de nombreux dégâts dans nos sociétés, car plusieurs personnes pensent qu’ils sont meilleurs que les autres et que ceux qui n’ont pas de bonnes notes ou ne sont pas appréciés sont des échecs de la vie. 

Cela peut causer de graves problèmes tels que la dépression, la comparaison, la faible estime de soi, le manque de confiance en soi, la division, le syndrome selon lequel il est impossible de travailler ensemble, la solitude. Au lieu d’apprendre à collaborer et à travailler ensemble, les enfants se retrouvent confrontés à cette mentalité de comparaison. N’est-il pas écrit : « Un en chasse mille et deux en chasse dix mille« ? 

Cependant, comment voulez-vous qu’ils apprennent à coopérer pour avoir un impact plus grand s’ils sont constamment comparés les uns aux autres? Personnellement, je pense qu’il serait judicieux de ne plus noter les devoirs des élèves par des chiffres, mais de les classer par catégorie, et de mettre en place un cadre pour détecter le potentiel caché de chaque enfant, au lieu de les classer ou de les comparer. Cela vous surprend? 

Prenez par exemple un palmier et un manguier. Bien qu’ils soient tous deux des arbres fruitiers, ne fleurissent-ils pas à des moments différents? Alors pourquoi voulez-vous les comparer sous prétexte que l’un donne du fruit et l’autre non? Notre Dieu aime la diversité et a créé chaque être humain avec des potentiels différents. 

Je pense donc qu’il serait plus judicieux que les humains apprennent également à apprécier chaque personne selon son potentiel, plutôt que de vouloir que tout le monde fasse la même chose, autrement nous serions des photocopies les uns des autres…

Ce texte est un extrait du livre « Les coupes à boires pour régner sur la terre et dans l’Éternité » écrit par Apôtre Joshua Selman Nimmak, KENOU LANDRY HINNOUHO

Nous vous invitons à lire l’article suivant “Posez les bonnes questions“.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *