Vous voulez être prospère à tous égards, mais dans votre famille personne n’a même une once de stabilité. 

Posez les bonnes questions… Vous voulez vous marier, mais dans votre famille personne ne s’est marié? 

Posez les bonnes questions… Vous n’êtes pas né avec une cuillère en or dans la bouche, et vous voulez être un créateur de richesse, afin d’engager vos frères du quartier pour qu’ils puissent trouver à faire après les études? 

Posez les bonnes questions… Vous voulez atteindre une certaine hauteur, mais on vous a dit que dans votre famille, personne n’y va. 

Posez les bonnes questions… Une chose est certaine, mes chers; c’est qu’il y a suffisamment de place pour que chacun de nous puisse atteindre la prospérité dans tous les domaines et faire des exploits inimaginables, alors soyez zen s’il vous plaît. 

En dépit des préjugés et des soi-disant limitations que vous avez, il vous est tout de même arrivé de voir des gens qui manifestent leur plein potentiel à qui vous désirez ressembler. Cependant, vous faites chaque jour l’effort mais rien n’y fait. Pourquoi? C’est parce que vous n’avez pas pris le temps de poser les bonnes questions à ces gens, même si vous ne pouvez pas les rencontrer, posez-les quand même à leur parcours ou à leur vie. Je vous assure que ça vous évitera les pertes de temps, les tourner en ronds, et ça vous fera gagner de précieux temps dans la course vers votre destinée. 

Quelle est donc cette question qu’il faut poser? Ce n’est rien d’autre que: « Quelle coupe as-tu pris ? » Cette brève interrogation renferme le secret de votre maturité, de votre épanouissement, de votre élévation etc. A vous de voir, si vous allez la poser ou si vous allez continuer à perdre du temps en faisant du surplace pendant des années. Retenons que le mot “coupe” se réfère au mot “calice” qui a une connotation sacrificielle. Donc, littéralement « Quelle coupe as-tu pris? » veut dire « Quel sacrifice as-tu fait? » C’est aussi simple que ça. Oh, Seigneur, aide-nous à prendre conscience du prix à payer? 

Dans les écritures, il nous a été rapporté un récit impressionnant: 

“Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean, et elle se prosterna pour lui faire une demande. Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » 

 Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. » 

Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » 

Ils lui disent : « Nous le pouvons. »” Matthieu 20:21-22 

Voyez-vous ce que Jésus lui-même a demandé quand à travers leur mère, les fils de Zébédée voulaient accéder au poste de ministre avec Jésus ? La question fut automatique, voudriez-vous prendre la coupe ? 

Autrement dit, mes frères, c’est une bonne chose de vouloir aller au sommet, mais dites-moi, êtes-vous prêt à faire le sacrifice nécessaire ? Car pour atteindre là où l’on veut aller, il faut payer le prix. Prenez donc conscience de la coupe et préparez-vous à cela avant de vous engager sur le chemin de ce que vous voulez avoir. Hummm… Loin de moi de vouloir vous décourager ou de vous faire abandonner, mais je pense que savoir ce qui vous attend donne plus de force et de motivation pour l’avoir tout simplement. Soyez donc rassuré ! 

Prenons l’exemple d’une matière difficile à l’école que vous devez absolument valider. Mais que vous le vouliez ou pas, on trouve 5 plus de motivation à se préparer même quand c’est dur afin de pouvoir surmonter cette épreuve haut les mains. Tout cela se produit parce que vous vous rendez compte que l’épreuve est plus complexe. 

Une histoire intéressante : un jour, j’ai vu une courte vidéo d’un petit garçon à peine âgé de 5 ans qui a réussi au bout d’une heure environ à descendre les marches d’un escalier sur un skateboard. C’est génial, n’est-ce pas ? Bien sûr que oui et demain je suis sûr que lorsque vous verrez un tel enfant qui arrive à réaliser une telle prouesse, vous serez émerveillé. Beaucoup auront également envie de le faire (de réaliser cet exploit) sans poser de question, juste parce qu’ils l’ont vu faire. Loin de moi de dire qu’il ne faut pas rêver et imiter ceux qui sont parvenus au sommet. Cependant, il serait plus commode de poser les bonnes questions, d’étudier le parcours, les coulisses afin de savoir à quoi s’en tenir vraiment pour ne pas se voiler la face lorsque vous n’y arriverez pas à la première tentative. Dans le cas de ce petit garçon, ces questions seraient, à mon avis : 

● Avez-vous réussi cet exploit au premier essai? 

● Vous est-il arrivé de vous blesser en le faisant? 

● Combien de temps cela vous a-t-il pris avant de réaliser cette prouesse?

● Avez-vous pleuré en cours de route? 

● Est-ce que cela faisait mal? 

Toutes ces questions ne sont qu’un aperçu de ce qui s’est passé avec cet enfant. Et miséricorde, j’oubliais de vous raconter comment et de quelle manière ce jeune a réussi à réaliser une telle prouesse. Le père du jeune homme, ayant remarqué le désir de son enfant de descendre les escaliers sur un skateboard, n’a pas tardé à lui mettre un casque et tout le matériel nécessaire. Au début, le père l’a mis sur le skateboard et l’a poussé un peu en lui montrant comment garder l’équilibre, mais lorsqu’il est arrivé sur les escaliers, le garçon a trébuché. Et à chaque fois pendant une heure, il s’est éraflé, il a pleuré quand il est tombé, mais cela ne l’a pas empêché de se relever et de continuer, car le père l’encourageait. C’est ainsi qu’au bout d’une heure, il a réussi à descendre plusieurs fois les marches d’escalier sur son Skateboard. Yvan Castanou a dit: 

Le terrain ne fait pas le champion, il contribue simplement à le révéler au grand jour, c’est donc l’entraînement qui fait le champion« . 

Je voudrais faire une parenthèse et dire aux parents de faire le nécessaire pour découvrir les rêves de leurs enfants, ainsi vous pouvez les encourager, les aider, les mettre sur le bon chemin. Car c’est en faisant cela que les enfants peuvent s’épanouir, non pas dans l’univers que vous avez créé pour leur soi-disant bonheur, mais dans leur propre univers. Acceptez donc que tous les enfants sont différents, car si ce n’était pas le cas, Dieu ne leur aurait pas permis de naître. Ils sont nés parce qu’ils sont uniques et ont une mission spécifique que Dieu a mis dans leur cœur. Fin de la parenthèse. 

Je vois certains dire : « Mais comment ? Ce père est-il inhumain ou quoi ? Est-il tombé sur la tête ? » Mais non, le père a simplement compris le principe par lequel on obtient les choses dans la vie et a commencé très tôt à l’inculquer à son enfant en lui faisant faire le parcours. La Bible ne dit-elle pas : 

« Instruit l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas » (Proverbe 22:6). 

Imaginez l’impact que cela pourrait avoir sur ce garçon, la mentalité qu’il aurait dans 10 ans si ce principe est vraiment imprégné en lui. Il serait conditionné à croire que rien n’est impossible et qu’il faut se battre pour obtenir ce qu’on veut. 

Dans ce livre, je vous donnerai les clés utilisées par les généraux de ce monde pour atteindre les sommets et y rester. De plus, c’est la même clé utilisée par Jésus pour avoir un ministère d’impact mondial en seulement 3 ans, sans internet…

Ce texte est un extrait du livre « Les coupes à boires pour régner sur la terre et dans l’Éternité » écrit par Apôtre Joshua Selman Nimmak, KENOU LANDRY HINNOUHO
Nous vous invitons à lire l’article suivant “Le secret caché de la prière à l’aube“.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *