L’histoire d’une Vie d’épreuves, de Tragédies et de Triomphes de Dowie Alexander

Par (auteur.s)Dowie Alexander

John Alexander Dowie était décrit comme «un petit homme qui avait : la tête d’un philosophe, la
barbe d’un prophète, les épaules d’un déménageur de piano, la panse d’un conseiller municipal et les
jambes d’un jockey».
Voici quelques-unes de ses caractéristiques :

  • Intelligent : à 6 ans, il était capable de lire la Bible en entier.
  •  Autodidacte et observateur : il a peu fréquenté l’école, car souvent malade, mais il aimait apprendre et apprenait vite. Il acquit des connaissances médicales en plus de sa formation théologique qui lui furent plus tard très utiles pour prier pour les malades.
  • Ingénieux et perspicace : il fit prospérer l’entreprise de son oncle et développa des entreprises innovantes dans la Cité de Sion.
  • Compétences hors du commun : en droit, en ingénierie, en écriture, en parole, en marketing.
  • Caractère : honnête, combatif pour la justice.
  • Indépendant : il travaillait seul, prenait toutes les décisions.
  • Visionnaire : il voyait déjà les possibilités de prêcher à trois-cent-mille personnes à la fois, avec une technologie d’avenir qui s’appellerait la radio. Il avait compris que la technologie de l’électricité serait développée au point de montrer des images vivantes à distance. La télévision ne deviendra populaire que quarante ans plus tard.
  • Prophète : comme les prophètes de l’Ancien Testament, il combattait le péché sous toutes ses formes.
  • Apôtre : un constructeur, un pionnier.
  • Travailleur : parfois il travaillait quarante-trois heures d’affilées.
  • Une détermination extrême.

Quelles que soient vos maladies? Venez et soyez guéri(e) par notre Programme Miracles Guérisons Prodiges. Inscrivez-vous maintenant.

  • Livraison

    Tous les pays de Europe, Amérique,
    Afrique, Asie, Océanie.

  • Paiement sécurisé

    Cartes Bancaires, Virement bancaire,
    Mobile Money(13 Pays en Afrique)

  Poser une question
Comparer

19.880 CFA

Extrait:

La révélation
Après deux ans à Edimbourg, il retourna en Australie, travailla deux ans dans les affaires, puis se fit
ordonner pasteur dans une église congrégationaliste1
. C’est aussi à cette période qu’il épousa Jane,
qui fut sa compagne et son aide durant une grande partie de sa vie. Les Dowie eurent trois enfants :
Gladstone (1877-1945), Jeanie (1879-1885) et Esther (1881-1902).

1 Le congrégationalisme est, dans une large mesure, un système d’organisation qui se trouvait dans l’Eglise primitive,
selon le modèle biblique : autonomie des églises locales entre elles, autorité de Jésus-Christ seul sur son Eglise, par
opposition au système d’autorité ecclésiale institué par l’Institution romaine et à tout contrôle ou ingérence de l’Etat.
Il passa beaucoup de temps dans la méditation et l’étude de
la guérison divine. Il voulait comprendre et expérimenter la profondeur de la rédemption en Jésus-Christ, incluant le salut et la
guérison physique. A cette époque, une terrible épidémie de
peste s’abattit sur Sydney (ci-contre) faisant des ravages catastrophiques. C’est alors qu’un événement spirituel marqua un
tournant décisif dans la vie de Dowie.
Voici un extrait de ce qu’il écrivit à ce sujet : «J’étais assis dans
mon bureau. Mon cœur était vraiment lourd car j’avais visité les
malades et les mourants de mon troupeau et, en deux semaines, j’en avais enterré plus de quarante.
Où, mais où était celui qui guérissait ses enfants malades? Aucune prière pour la guérison ne
semblait atteindre ses oreilles et pourtant, je savais que sa main n’était pas trop courte. Et même,
il n’avait pas épargné de la mort ceux dont la vie était consacrée à Dieu et aux autres : des hommes
forts, des pères, de bons citoyens… Il y avait aussi des chrétiens fidèles, atteints d’une horrible fièvre,
souffrant une agonie sans nom, entrant dans des délires, avec parfois des convulsions… Et que de
douleurs dans les cœurs des veuves et des orphelins! Il me semblait parfois entendre les moqueries
des démons, ricanant alors que je prononçais des paroles chrétiennes pour consoler ceux qui
restaient. La maladie, l’infecte progéniture de son père, Satan, et de sa mère, le péché, était en train
de détruire les temples terrestres des enfants de Dieu, et il n’y avait pas de libérateur!»
Nous voyons ici un Dowie dans une situation extrême. Il était au bord du précipice et dans le
désespoir. Il voyait que les choses ne se passaient pas comme elles devaient se passer, et il osa
analyser ce fait devant Dieu! C’est dans ce désespoir que le Saint-Esprit le visita et illumina pour
lui Actes 10 : 38 : vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth,
qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable,
car Dieu était avec lui.
Dowie écrivit : «Je priais pour entendre quelques mots de la part de Dieu. Puis les paroles inspirées
du Saint-Esprit en Actes 10 : 38 se dressèrent devant moi toutes resplendissantes de lumière,
révélant Satan comme le profanateur, et Christ comme le guérisseur. Mes larmes furent essuyées,
mon cœur fortifié, je vis le chemin de la guérison, la porte qui était largement ouverte et je dis : “Dieu,
aide-moi maintenant à prêcher la Parole à tous les mourants autour de moi, à leur dire comment Satan
détruit encore et comment Jésus délivre encore car il est le même aujourd’hui.”»
On frappa à la porte et on lui demanda de venir prier pour la jeune
Marie, également atteinte par cette épidémie. Dowie se rendit auprès
d’elle, rempli de colère et de haine contre cette terrible maladie. Il
était littéralement déchaîné et, dans son excitation, criait : «Cette cruauté n’est pas de la volonté de Dieu et je ne laisserai jamais dire que
la volonté de Dieu soit faite dans les œuvres du diable!» Les mots
d’Actes 10 : 38 brûlaient dans son cœur. Il partit en courant vers la
mourante. Il était comme un berger ayant appris que sa brebis était
déchirée par un loup. Il pria pour elle et elle fut guérie. Puis son frère
qui se mourait dans la pièce d’à côté reçut aussi la guérison. Ce jourlà, il enterra encore deux défunts, morts deux jours auparavant. Mais
ensuite, il ne fit des obsèques que pour cinq personnes, durant les douze années suivantes de son
ministère en Australie, pratiquant la guérison auprès de milliers et de milliers de personnes.
Son ministère aux USA
Suite à cette expérience spirituelle, Dowie quitta le pastorat et devint un évangéliste de guérison
à plein temps. En 1888 (41 ans), il émigra aux USA avec sa famille. Ils s’installèrent
d’abord dans un hôtel à San Francisco. Beaucoup de monde venait les voir pour
recevoir la guérison. Parfois Dowie refusait de prier pour certaines personnes de la
haute société – qu’il appelait «des oiseaux bien plumés avec un cœur pollué» (cicontre), en référence à leurs chapeaux fantaisistes – parce qu’elles cherchaient la
guérison pour leur corps mais ne voulaient pas se repentir de leurs péchés…

Poids 0,378 kg
Dimensions 19,7 × 13,97 × 1,9 cm
book-author

Avis des clients

Il n'y a pas encore d'avis.

Soyez le premier à donner votre avis sur “L’histoire d’une Vie d’épreuves, de Tragédies et de Triomphes de Dowie Alexander”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'offres pour ce produit!

Questions et demandes générales

Il n'y a pas encore de demandes de renseignements.