Le sujet de la Foi chrétienne est en lui-même un élément vaste que beaucoup d’hommes de Dieu ont exploré. Écrire sur la Foi est pour moi un moyen d’enrichir le sujet, mais aussi d’apporter quelque chose de nouveau dans sa compréhension et sa pratique. Croire est au centre de la vie chrétienne, nous ne pouvons parler d’un Dieu tout-puissant, d’un Dieu Créateur sans mentionner la Foi. Étant au centre de la création, Dieu a toujours voulu que l’Homme puisse, l’adorer, qu’il puisse avoir une conscience de sa présence et de sa toute-puissance bien qu’étant invisible. 

Alors qu’est-ce que la Foi ? 

Que comprenons-nous par ce mot qui est la base de notre relation avec Dieu ? Appuyons-nous donc sur les écritures bibliques. La foi vient du mot grec « Pistis » définit comme la conviction de la vérité de toute chose, croyance, une conviction ou confiance concernant la relation avec Dieu et les choses divines, généralement avec l’idée inclut de confiance et de ferveur sainte nées de la foi, et qui lui sont adjoints. 

Elle est la conviction d’une part que Dieu existe, qu’il est le créateur et maître de toutes choses, celui qui pourvoit et qui accorde le salut éternel à travers Christ. D’autre part, c’est la conviction forte et bien venue que Jésus est le Messie, à travers qui nous obtenons le salut éternel dans le royaume de Dieu. Hébreux 11 : 1 définit la Foi de cette façon : 

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » .

Très connu de tous, ce verset nous donne un aperçu de ce qu’est la Foi, afin donc d’apporter une compréhension plus approfondie nous allons nous appuyer sur les mots-clés de celui-ci.  

« Ferme assurance » 

La ferme assurance peut être définie comme le fait d’avoir une confiance totale en quelqu’un ou en quelque chose proprement connue. Cette confiance totale doit être invariable peu importe les circonstances elle reste indemne. Nous comprenons alors qu’avoir une ferme assurance est l’élément de  base pour acquérir la foi, car sans elle il est impossible de réaliser de grandes choses. Regardons les grandes décisions que nous avons prises durant notre vie, nous remarquons qu’elles ont toutes été guidées par le sentiment d’une ferme assurance comme la décision du choix de notre cursus universitaire ou de notre carrière professionnelle.  

Ainsi, en éliminant toutes formes d’hésitations et de doutes nous avons pris ces décisions qui aujourd’hui ont donné une certaine direction à nos vies. Mais, contrairement aux choix que l’homme seul fait qui parfois dans le temps se trouve être de mauvais choix, la ferme assurance dont nous parlons implique Dieu car croire en lui n’a jamais été une perte pour tous les hommes de foi mentionnés dans la Bible.  

« Des choses qu’on espère » 

Notre foi en Dieu est attachée à des promesses et à des bénédictions. De même, la foi génère en nous une ferme assurance de laquelle découle l’espérance en notre Dieu. Cette espérance est l’attente confiante et le désir de recevoir les bénédictions promises, pour la justice. Les écritures parlent souvent de l’espérance comme de l’attente de la vie éternelle par la foi en Jésus Christ. 

Dans notre quotidien l’espérance a souvent été attribuée à certains évènements qui ne se sont pas produits. Prenons le cas que notre lundi, il commence par un temps pluvieux avec de l’orage et nous avons l’obligation de nous déplacer ce jour afin de faire une course très importante. Face à ce temps capricieux nous sortons de nos bouches des phrases comme «  j’espère que cette pluie s’arrêtera bientôt, car je dois sortir » ou « cela va faire une heure que j’attends que cette pluie s’arrête ! Je me donne encore deux heures et je verrai bien ! » .

Puis, après quelques heures, la pluie ne s’arrête pas. Elle devient de plus en plus persistante, nous perdons alors patience, nous annulons cette course importante que nous aurons dû faire. Ces phrases résument l’espérance que nous mettons souvent pendant des situations qui,  malheureusement, ne se réalisent pas. Mais les choses que l’on espère tel qu’écrit dans le verset d’Hébreux 11 prennent naissance dans les promesses de Dieu. 

Ce que Dieu promet finit toujours par se réaliser. La force de notre espérance naît de la parole de Dieu, ainsi les choses que l’on espère ne viennent pas de la parole d’un homme, mais de celle de Dieu qui a créé les cieux et la terre.   

«  Une démonstration de celle qu’on ne voit pas » 

Par la foi et par le témoignage de la création, nous croyons en Dieu qui est invisible qui est esprit. Pour le commun des mortels, nous accordons plus de foi en des humains que nous voyons, plutôt qu’à un Dieu que nous ne voyons pas, mais qui a créé la terre et tout ce qu’elle contient. Quel paradoxe ! Aujourd’hui, les enfants de Dieu mettent toute leur foi dans les hommes qu’ils voient, plutôt que de la mettre en Dieu, « Être omnipotent, omniprésent, et invisible ». 

Avoir la foi en Dieu nécessite une croyance au-delà de l’aspect physique, concernant les choses invisibles dont parlent les écritures. La foi nous donne la certitude de leur existence de sorte que nous nous comportons à leur égard avec la pleine conviction de leur réalité. C’est pourquoi dans Romains 4 : 17 dans la version parole de vie il est écrit : 

« C’est le Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à exister ce qui n’existe pas encore ». 

La foi nous amène à croire aux choses qui n’existent pas mais qui finiront par exister par la puissance de Dieu qui se manifeste dans la vie de l’homme. 

Ce texte est un extrait du livre « La Foi qui n’échoue Jamais: Vivre la Foi Palpable  » écrit par King Emmanuel MENIE.

Voulez-vous avoir plus de ces livres gratuits? Rejoignez-nous

Comments (0)


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Required fields are marked *